Heure d’Hiver, Heure de Subventions…

Publié le par Tarbes à gauche

Comme chaque année à pareille époque chaque association a déposé sa demande de subvention à la Mairie de Tarbes, et comme chaque année peu se font d’illusion sur la somme allouée. Au mieux le montant sera le même, au pire il diminuera !!! Le bilan des actions écoulées sera survolé. Celles à venir ne pourront être traitées par les adjoints en charge des différentes commissions (sport, culture, association) puisque de toute façon : «c’est pas moi qui décide, vous comprenez, c’est M. le Maire…. Votre projet est très intéressant mais … La municipalité ne peut pas vous aider d’avantage, nous faisons déjà tellement et avec la crise !»

Nous faisons déjà tellement que beaucoup de ces structures se retrouvent en grande difficulté financière, celles qui n’ont pas encore fermées licencient et 2011 sera, hélas, une année au triste record.

Nous ne ferons pas la liste des différents services qu’apportent le tissu associatif et de son importance sur le plan humain et économique, mais il est bon de rappeler que beaucoup d‘entre elles fondent leur projet sur des valeurs d’éducation populaire, de prise en compte des différences en favorisant le vivre et le faire ensemble. Les difficultés qui s’annoncent pour cette nouvelle saison viendront mettre à mal leur activité mais surtout l’essence même de l’Associatif : la pensée et l’adhésion à un projet élaboré démocratiquement et librement. Au delà de la disparition ou de la diminution d’une activité, c’est bien ce fonctionnement et ce support à la citoyenneté qui sont fortement atteints.

Il est évident que les politiques nationales ne sont pas faites pour favoriser tout cela bien au contraire.

Le problème est que la politique municipale n’œuvre pas non plus pour soutenir cet outil au service du lien. Il y a là au moins une cohérence et une solidarité idéologique et partisane entre élus UMP. Nombre d’élus de l’opposition siégeant dans les différentes commissions (lorsqu’elles fonctionnent) pourront témoigner de l’esprit d’ouverture et de la qualité des débats qui y règnent. Bien malin celui qui pourrait définir un seul critère cohérent pour l’attribution, la hausse ou la baisse d’une subvention…

Mission impossible dans la mesure où aucun critère n’existe, aucun cadre défini n’est opérant puisqu’il n’y en a tout simplement pas. En fait on peut résumer ça au clientélisme, aux courtisans, ou à d’éventuelles possibilités d‘instrumentalisations.

Seulement pour définir un cadre et des critères d’attributions faudrait-il encore avoir un projet associatif et culturel pour la ville. Et là depuis maintenant 10 ans on peut se poser la question.

Au moment où le tissu associatif, les structures culturelles, les compagnies et artistes connaissent une crise sans précédent, il est urgent , en tant qu’élu républicain, garant de l’intérêt général, de réfléchir sur la méthode et les moyens à mettre en œuvre pour limiter la casse et au-delà créer les conditions d‘une véritable dynamique territoriale. Ceci nécessite une réelle volonté de définir une cohérence politique intégrant tous ces acteurs pour construire un projet transversal associant l’éducation, l’enfance, la jeunesse, la culture et le sport.

Pour cela, il ne faut pas avoir peur de se confronter à des idées et des points de vues différents.

L’ absence de concertation et de réflexion avec tous ces acteurs est pour le moins très suspicieuse et conforte l’idée d’un projet politique au service d’une pensée unique. Beaucoup l’ont déjà compris.

Mais, aujourd’hui dés que l’on pense différemment ça devient presque un trouble à l’ordre public.

La municipalité a déjà loupé le débat sur l’avenir du site du Giat, de Brauhauban. Pourquoi pas louper celui-ci puisque «nous on sait»… Mais nous, nous savons que derrière cette position, les choix faits par ces élus UMP, ne sont guidés que par leurs intérêts.

Les Tarbais ont des idées, du savoir faire, des envies, de la vie et de l’énergie. La richesse du tissu associatif et culturel de notre ville le prouve, la volonté est présente et les actions menées en témoignent. Certes pas dans le bling-bling, le clinquant, l’affichage ou la frime mais bien au contraire dans la convivialité, l’intelligence souvent, la simplicité, le festif et le social sans arrogance ni mépris pour le public et encore moins dans son instrumentalisation.

Bref chers administrateurs, dirigeants, bénévoles, adhérents ne vous faites pas trop d’illusion. Rien ne viendra d’eux mais beaucoup viendra de nous. J’ai bien peur que ce débat aussi soit manqué, un de plus.

La mise en place d’un bureau d’étude ou de consultants pour faire un nouveau diagnostic sur ce sujet pourrait éventuellement alerter M. le Maire…ça coute tellement moins cher que d’écouter ses administrés…

Bonne saison à tous !!!

 

Publié dans vie municipale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article