Logements insalubres à Tarbes: que fait la mairie?

Publié le par Tarbes à gauche

Un reportage vidéo, qui circule dans de nombreux sites nationaux d'actualité, vient une fois de plus de montrer qu'il existe encore des logements insalubres à Tarbes. Nous avions déjà abordé ce sujet le 23 février 2009. Ce problème récurrent est connu de tous notamment de la municipalité UMP, mais jusqu'à aujourd'hui rien n'a changé. Un marchand de sommeil bien connu continue d'exploiter la misère sociale et de faire du beurre sur le dos des plus démunis. Pendant combien de temps cette situation indigne va t-elle encore perdurer? Quand est-ce que la CAF, les services sociaux et ceux de la mairie vont enfin se saisir du problème et y remédier?

 

Le logement est une question primordiale devant laquelle les réponses amenées par la municipalité UMP et celles de la gauche sont totalement opposées. La droite municipale a concentré tous ses efforts sur les logements défiscalisés (une niche fiscale), sur les logements de haut standing (résidence Saint Dominique..., résidences étudiantes comme Oxygène, La Renaissance....). Le résultat est aujourd'hui une impossibilité pour les ménages modestes avec enfants de se loger à Tarbes et une pénurie de logements sociaux. C'est sur cette pénurie que s'appuie le propriétaire des caves pour louer ses taudis. A cette politique qui privilégie une petite minorité de possédants et favorise l'exploitation de la misère, la gauche doit proposer une politique qui réponde à l'intérêt général. Cela passe par une hausse de l'offre de logements sociaux diversifiée adaptée à la demande. Des logements étudiants doivent être pensés mais en concertation avec la population pour éviter les problèmes rencontrés avenue d'Azereix (cf article du 14.10.10). Oui à la mixité sociale mais de façon réfléchie et discutée. Nous souhaitons aussi stopper cette spéculation immobilière qui se développe sur Tarbes avec le concours de la mairie UMP. Nous souhaitons enfin une plus grande transparence autour des Sociétés Coopératives Immobilières qui se positionnent dans le rachat de terrains existants (sur le site de l'arsenal ou ailleurs) pour éviter tout conflit d'intérêts avec certains élus ou fils d'élus de la majorité.

 

Voici l'article qui relate le problème des logements indignes sur Tarbes: http://www.lepost.fr/article/2010/10/28/2284289_video-ils-vivent-dans-des-caves-louees-250-euros-par-mois.html#xtor=AL-235

 

Dans cette résidence du Lac Bleu, à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, plusieurs locataires vivent à la cave.

Les celliers ont été transformés en "chambres" de 9 m2, louées 250 euros par mois, précise La Semaine des Pyrénées.

Pour toute fenêtre, on trouve des lucarnes avec barreaux qui se situent au niveau du sol de la terrasse.

Ces "logements" insalubres ont été signalés au Pôle Départemental de l'Habitat, indique aussi La Semaine des Pyrénées.

Les propriétaires de ces "logements" sont directement payés par l'allocation logement versée par la CAF.

En vidéo, l'état des lieux de La Semaine des Pyrénées :

(source : La Semaine des Pyrénées)


Témoignage :

 

"Cette cave est louée comme une chambre de 9m2, avec l’accord de la CAF qui verse l’APL (aide personnalisée au logement ndlr) au propriétaire. Je suis natif de Tarbes, j’avais un boulot et j’étais en foyer, je me suis retrouvé sans rien. Je n’ai pas eu d’autre solution. Je me suis meublé comme j’ai pu, avec de la récup" témoigne à La Semaine des Pyrénées un des locataires qui vit dans ce "carré" depuis 4 ans.

Il souhaiterait quitter les lieux, trouver un autre logement plus décent :

"Sans garanties ni fiches de salaire, qui accepte de nous louer un appartement ? Tous ceux qui sont ici n’ont pas d’enfants à charge, pour les HLM, on n’est pas prioritaires. Une fois qu’on est ici, c’est un piège, la location est de 250 euros, et on ne paie pas l’eau et l’électricité... "

Et d’ajouter :

"En quatre ans, je n’ai jamais vu ni les services sociaux, ni la CAF, ni les services de la mairie, personne ne descend ici… Je suis bloqué par ma situation financière, j’ai eu des petits boulots, mais je n’ai vraiment plus rien depuis un an."

 

Et du côté du propriétaire?

La grande majorité de ces caves appartient au même propriétaire, indique également La Semaine des Pyrénées.

Interrogé par l’hebdomadaire de Tarbes, le propriétaire se justifie :

"Les chambres se trouvent au demi sous-sol, pas dans les caves. Elles sont aux normes de la surface minimale, je ne vois pas où est le problème. J’en possède 9, et ce depuis 30 ans. Paul Chastelain, ancien maire de Tarbes, m’avait incité à louer ces chambres aux plus démunis. Je n’établis aucun bail avec les occupants, ils sont libres de partir du jour au lendemain. Le loyer n’a pas un montant fixe, je l’établis en fonction des revenus de chacun."

 

Réponse du propriétaire : "Quand il s’agit de chambre, les conditions d’attribution ne sont pas les mêmes. Il n’y a pas de vérification des services. De toutes façons, tout le monde connaît ce système et le cautionne. Le juge d’application des peines, les assistantes sociales ou le visiteur de prison orientent ces personnes vers moi. Si moi je ne les loge pas, qui le fera ?"


Publié dans vie municipale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrick 02/11/2010 22:07


parmi les 21 sociétés coopératives immobilières détenues par Trémège, il y en a une (SCI des près; source: www. societe.com) qu'il co-dirige avec une Vanessa Ruiz de Séméac: tiens tiens est-ce
qu'il y aurait un lien entre le maire de Tarbes et la famille de ce marchand de sommeil? ceci expliquerait peut-être cela: la protection dont bénéficie M. Ruiz....affaire à suivre


Tarbes à gauche 31/10/2010 22:49


des centaines de logements sociaux ont disparu à Tarbes, c'est pas nous qui le disons mais France 2...


jg 31/10/2010 22:15


le scandale des chambres lac bleu sur le journal de france 2
http://www.pluzz.fr/jt-20h-2010-10-31-19h00.html
le reportage 12 mn 49


danielle J. 30/10/2010 21:50


pour info le marchand de sommeil en question s'appelle M. Ruyz et possède une somptueuse demeure toute marbrée grace à l'argent des location de ses taudis