SAUVONS notre service public postal

Publié le par Tarbes à gauche

Tous ensemble

SAMEDI  25  SEPTEMBRE

à 10 heures devant la PREFECTURE

SAUVONS notre service public postal

 

 

La logique de La Poste depuis une dizaine d’année est assez significative d’une volonté d’agir par paliers plus ou moins importants pour diminuer le service public postal et sa présence notamment en milieu rural.

Aujourd’hui une nouvelle étape d’accélération de la casse de La Poste est programmée sur le département des hautes Pyrénées pour le dernier trimestre 2010.

 

Tous les guichets ne justifiant pas d’une activité jugée suffisante par la Poste (30 000 points d’activité) sont sous la menace, d’une transformation en agence postale communale, en relais poste ou d’une forte diminution des heures d’ouverture (voir en bas de page les différentes formes de présence postale) : Vielle Aure, Campan, Saint Pé, Madiran, Loudenvielle, Arrens Marsous, Vidouze, Pujo, Chelle, Cabanac, Capvern les Bains, Bernac Debat, Bordes, Arras, Saint Savin, Pouzac, Cieutat, Monléon Magnoac, Montgaillard, Trébons, Tuzaguet, Aventignan, Capvern les bains, Aragnouet………………

   

A terme, sur le département des Hautes Pyrénées, plus de la moitié des 100 points de contact de La Poste seraient « externalisés » : agences  postales communales (employé communal) ou relais postes (commerçants) et ne délivreraient qu’une partie des services rendus par un « vrai » bureau de poste.

  

 

1) Un bureau de plein exercice est un bureau de poste susceptible de faire toutes les opérations postales.

 

2) Un guichet rattaché (dénommé par La Poste bureau de poste), est tenu par un agent de la Poste, mais ne traite pas sa propre comptabilité, ne possède plus de Chef d’Etablissement et ne voit la présence d’un conseiller financier que ponctuellement. Les horaires d’ouverture sont plus ou moins réduits.

 

3) Une agence postale communale est tenue par un employé communal et ne délivre pas l’ensemble des services rendus par un bureau de poste. La Poste subventionne les agences postales communales à hauteur de 800 à 900 euros par mois pendant 9 ans renouvelable une fois. Qu’en sera-t-il au terme de ce délai ? Pour l’agence postale ? pour l’agent communal ?

 

4) Un relais poste est installé chez un commerçant et ne pratique quasiment aucun service de La poste

 

 

 

Publié dans vie municipale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article